GO CAPITAL POURSUIT SA DYNAMIQUE D’INVESTISSEMENTS DANS LE GRAND OUEST

 

  • Bilan du premier trimestre 2020
  • Perspectives d’investissements sur l’année

 

Rennes, le 7 mai 2020GO CAPITAL, investisseur en capital innovation présente un premier trimestre 2020 très dynamique au regard du nombre d’opérations d’investissements et de réinvestissements réalisées. L’équipe de GO CAPITAL se mobilise pour accompagner ses participations et soutenir les deeptech régionales les plus prometteuses durant la crise.

 

UN PREMIER TRIMESTRE 2020 MARQUÉ PAR SEPT OPÉRATIONS DE FINANCEMENT

Au 1er trimestre 2020, GO CAPITAL a réalisé 3 nouveaux investissements pour un montant d’1,9 M€.

AKRYVIA, start-up qui développe une technologie de découpe des métaux innovante a rejoint le portefeuille de participations de GO CAPITAL en janvier. Les dossiers d’investissement auprès d’ABC Transfer (développement de gammes de produits utilisés sur les chaines de transfert de l’industrie pharmaceutique) et d’ECOVELO (vente et conception de solutions technologiques de véhicules légers, électriques-hybrides, en libre-service) ont également été finalisés dans le contexte de crise sanitaire.

Par ailleurs, un montant de 0,42M€ millions d’euros a fait l’objet de réinvestissements auprès de quatre sociétés.

Via ces réinvestissements, GO CAPITAL a renouvelé son soutien auprès de deux sociétés innovantes évoluant sur le secteur des technologies médicales et d’analyse (TRICARES et DIAFIR) ainsi que deux start-up du digital (ANTIOTE et ALCUIN). Certaines de ces opérations de refinancement auront pour objectif de soutenir les sociétés durant la crise sanitaire COVID-19.

CRISE SANITAIRE ET PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT SUR LES PROCHAINS TRIMESTRES

 « En concertation avec les sociétés de notre portefeuille, nous avons évalué les conséquences de la crise sanitaire sur leurs perspectives de croissance et leur santé financière sur les prochains trimestres. La trésorerie de ces dernières est bien entendu impactée et nous prévoyons d’accentuer notre politique de réinvestissement auprès des start-up les plus prometteuses. Depuis plusieurs semaines, nous suivons au cas par cas l’évolution des mesures réglementaires qui s’appliquent au profil de nos participations. Notre mission vise plus que jamais à les informer, les guider et les soutenir en première ligne dans leurs décisions et leurs démarches afin de protéger leur trésorerie, le maintien de leur activité et les emplois qui en découlent », indiquent Bertrand Distinguin et Jérôme Guéret, directeurs d’investissements associés chez GO CAPITAL.

En tant qu’investisseur responsable, GO CAPITAL entend également poursuivre activement sa politique d’investissement auprès des deeptech du Grand Ouest. Ainsi, au cours des prochains mois, la société de gestion devrait intervenir dans quatre à cinq opérations de financement. Des réinvestissements auprès de sociétés du portefeuille actuel de la société de gestion sont également prévus pour un montant estimé à 2 à 3M€.

 

ZOOM SUR QUELQUES ACTEURS DE NOTRE PORTEFEUILLE QUI ONT SU SE RÉINVENTER EN PEU DE TEMPS

Plusieurs start-up soutenues par GO CAPITAL mobilisent leurs compétences et leur énergie pour participer à la lutte contre la pandémie de COVID-19. Leur activité a été rapidement adaptée afin de répondre à une demande croissante du grand public et des acteurs sociaux-économiques.

 

BIOSENCYLa société rennaise développe le premier dispositif médical de télésuivi et de prévention dédié aux patients insuffisants respiratoires chroniques, et en particulier aux patients souffrant de Bronchopneumopathie Chronique Obstructive (BPCO). La start‐up livrera 600 bracelets de suivi, réalisés grâce à l’appui d’ASICA et Actuaplast. Le bracelet connecté est adapté au traitement à distance de personnes en détresse respiratoire pour faciliter leur retour à domicile. Ce dispositif médical est particulièrement utile pour permettre aux hôpitaux de libérer des lits de réanimation et de faire un suivi des patients à l’hôpital ou en ambulatoire.

BIOSENCY est une participation du fonds GO CAPITAL Amorçage II.

 

SHOPOPOP – La start-up nantaise accompagne à ce jour près de 800 magasins en France (Leclerc, Système U, Intermarché, et plus récemment Auchan et Carrefour…). La plateforme met en relation les particuliers qui souhaitent mutualiser leurs déplacements pour l’achat de courses en drive ou en magasin. Depuis le début du confinement, les commandes passées auprès de la communauté de particuliers-livreurs de Shopopop sont en forte progression.  Afin de sécuriser le service de livraison, la plateforme impose des livraisons sans échange direct entre le livreur et le livré. Les magasins sont également incités à fournir des masques et gants aux livreurs. A noter que la start-up a été reconnue comme service d’utilité publique par l’Etat en mars 2020.

SHOPOPOP est une participation du fonds GO CAPITAL Amorçage II.

 

VITEMONMARCHÉLa startup nantaise de distribution alimentaire propose un modèle innovant permettant de livrer dans l’heure des produits frais et locaux en direct des producteurs grâce à des camions ambulants. Seulement quelques jours après le début du confinement, Vitemonmarché a dû mettre en place une nouvelle organisation afin de préparer 500 commandes par jour. Ainsi, un nouvel outil d’optimisation des trajets de livraison, la surface de la chambre froide triplée, et le doublement de la flotte de camions ont été mis en place en un temps record. La start-up emploie à ce jour 70 salariés contre 30 avant le début de la crise sanitaire et doit ouvrir son service dans de nouvelles métropoles françaises dès 2020. La start-up prévoit une ouverture de ses services à Rennes dès le mois de mai.

VITEMONMARCHÉ est une participation du fonds GO CAPITAL Amorçage II.